» Journal » [ GIMP ] Poser une texture sur une image

Déménagement - Perturbations sur le site ❯❯
❮❮ [ ASP ] Simuler les filtres colorés

[ GIMP ] Poser une texture sur une image

9 avril 2013 • Catégories : gimp

Wilber , la mascotte de GIMP

Voici petit tutoriel sur la pose de textures avec GIMP. On utilisera pour l’occasion une photo déjà publiée sur le site : Farine Five Rose. Dans cet exemple, le ciel et son reflet dans l’eau peuvent paraître un peu monotone. On va essayer d’y ajouter de la matière en faisant appel à une texture.

Pour bien suivre ce tutoriel, il est nécessaire de connaître un minimum GIMP et en particulier les calques, les modes de fusion des calques ainsi que les masques de calque.

Version utilisée dans cet article
 * GIMP : 2.8.10

I. Préambule : deux cas à distinguer

Lorsque l’on pose une texture sur une photo, il faut distinguer deux cas :

  • soit la texture est dans une teinte neutre ou dans une teinte proche de la teinte de la photo,
  • soit la texture est dans une teinte notablement différente de celle de la photo.

Ces deux cas seront bien sûr traités dans cet article et deux textures seront utilisées pour les illustrations. Ces textures présentent les mêmes motifs et ne diffèrent uniquement que par leur teinte. La première texture sera dans les tons gris, une teinte plutôt neutre. La seconde texture sera dans les tons rouilles, ce qui tranche avec la dominante bleu de l’image.

Différentes textures…

Les deux textures utilisées dans ce tutoriel. (survolez avec la souris)

II. Charger l’image et sa texture

On ouvre notre photo dans GIMP puis on va charger notre texture dans un calque. Pour cela on fait : Fichier > Ouvrir en tant que calques… (ou Ctrl + Alt + O) et on va chercher notre fichier de texture.

Fichier > Ouvrir en tant que calques…

(Cliquez sur l'image pour agrandir)

Si la texture est d’une teinte qui tranche avec la photo, on ajoute alors une petite étape : il faut aller prélever avec la pipette ( Outil pipette ) la couleur la plus claire de la texture. On s’en servira ultérieurement au paragraphe IV.2.

Il est rare que la photo et la texture aient la même définition. Il faudra donc souvent redimensionner la texture aux dimensions de l’image. Pour cela, il faut faire Calque > Echelle et taille du calque…

Calque > Echelle et taille du calque…

(Cliquez sur l'image pour agrandir)

Dans la fenêtre « échelle et taille du calque », saisissez les dimensions de votre photo (normalement, ces dimensions s’affichent dans le titre de la fenêtre principale). Choisissez également l’algorithme « Sinc (Lanczos3) » pour la qualité de l’interpolation. C’est lui qui donne les meilleurs résultats.

Echelle et taille du calque…

Rendu à cette étape, on ne voit plus que la texture. C’est normal.

III. Fusion et opacité des calques

Maintenant on va choisir comment fusionner la texture à l’image. Pour cela on va utiliser les modes de fusion des calques. GIMP propose 21 modes, mais en pratique, pour la pose des textures, c’est le mode « superposer » (« overlay » dans les versions anglophones) qui donnent les meilleurs résultats. Le mode « lumière douce » ( « soft light » ) donne aussi des résultats intéressants, ainsi que les modes « écran » ( « screen » ) et « lumière dure » ( « hard light » ).

Pour sélectionner le mode de calque, il faut aller sur la fenêtre de gestion des calques : Fenêtres > Fenêtres ancrables > Calques, et choisir le mode voulu dans le menu déroulant. L’image est alors texturée dans son ensemble. On peut éventuellement atténuer l’effet global de la texture en diminuant l’opacité du calque.

Calques

Pour basculer rapidement entre l’image texturée et l’image non texturée, il suffit de cliquer sur l’icône en forme d’œil ( Icône de (dés)activation du calque ) du calque de la texture. C’est très pratique pour apprécier l’effet.

L'image complètement texturée

(survolez l'image avec la souris pour annuler l'effet de la texture)

IV. Epargner la texture

On peut s’arrêter là car techniquement, notre image est texturée ! Mais ça serait un peu trop simple. Comme cela a été dit en introduction, nous ne souhaitons texturer que le ciel et son reflet dans l’eau. Cela ne se voit pas trop sur l’illustration, mais regardant l’image en pleine taille, l’effet de la texture est plutôt inesthétique sur le pont et le bâtiment ; il va falloir les épargner. Il y a plusieurs façons de faire, selon la teinte de la texture.

IV.1 En ajoutant un masque au calque de la texture

Si la teinte de la texture est neutre ou proche de la teinte de la photo, ce qui est ici le cas, on peut épargner les bâtiments en utilisant le masque du calque. Pour cela, dans la fenêtre de gestion des calques, on fait un clic droit sur le calque de la texture et on choisi « ajouter un masque de calque… » (ou par le menu : Calque > Masque > ajouter un masque de calque…). On choisi ensuite un calque blanc en opacité complète.

ajouter un masque de calque

(Cliquez sur l'image pour agrandir)

Un masque de calque est une image en niveaux de gris dont la valeur du gris définit l’opacité du point. L’opacité varie entre le blanc (opacité complète) et le noir (transparence complète). Si le point est transparent, il n’aura pas d’effet dans la fusion des calques. En résumé, on peint en noir les régions que l’on veut épargner.

Il y a plusieurs façons de faire :

  • rapidement, en « peinturant » sur le masque du calque de la texture avec une brosse ( Outil brosse )
  • précisément, en détourant l’image avec des chemins ( Outil d'édition de chemins ), chemins convertis en sélection, sélection remplie de noir ( Outil de remplissage ) puis application d’un flou gaussien pour une transition douce.

Voici au final le masque de calque, après avoir utilisée la deuxième méthode :

Masque du calques

Et voici enfin l’image correctement texturée (les bâtiments sont exempts de texture).

L'image texturée, les bâtiments ont été épargnés

(survolez l'image avec la souris pour désactiver l'effet du masque)

IV.2 En ajoutant en plus un calque de teinte

C’est donc maintenant que la seconde texture, celle de couleur rouille, refait son apparition. Et voici ce que cela donne lorsque qu’une telle texture connaît les opérations décrites jusqu’ici : on obtient un effet de halo.

Effet de halo

(survolez l'image avec la souris pour basculer entre les deux textures)

Ce qui se passe, c’est qu’en plus de supprimer les motifs de la texture dans la zone d’épargne, on a aussi supprimé la teinte. Il faut donc y remettre de la couleur. Pour cela, il faut ajouter un nouveau calque. Soit on clique sur l’icône avec un plus ( Ajouter ) dans la fenêtre de gestion des calques, soit on passe par le menu : Calque > Nouveau calque… (ou encore Ctrl + Maj + N). On nomme ce calque par « teinte ». Ensuite, on le rempli ( Outil de remplissage ) intégralement avec la couleur prélevée au paragraphe II (pour rappel, il s’agit de la couleur la plus claire de la texture). On règle ce nouveau calque avec le même mode de fusion et la même opacité que le calque de la texture. Rendu à cette étape, l’image a pris une teinte plus prononcée, mais on observe toujours le halo autour de la zone d’épargne.

Avec l'application d'un calque de teinte sans masque

(survolez l'image avec la souris pour désactiver l'effet du calque de teinte)

Il faut donc utiliser une nouvelle épargne pour ce calque de teinte. Et cette épargne sera de forme complémentaire à l’épargne de la texture. Dans GIMP cela revient à inverser les couleurs (niveaux de gris) des masques de calque.

  1. On ajoute donc un masque au calque « teinte ».
  2. On retourne dans le masque de la texture.
    1. Ctrl + A : on sélectionne tout le masque du calque
    2. Ctrl + C : on le copie
  3. On retourne dans le masque du calque de teinte
    1. Ctrl + V : on colle le masque du calque
    2. Ctrl + A : on le sélectionne
    3. Couleur > Inverser (Inversion des couleurs) : on inverse le masque

Les calques et leur masque, à la fin du tutoriel

Fenêtre de gestion des calques, avec l’aperçu des masques de calque, à la fin de ce tutoriel

Et ça y est ! Notre image est correctement texturée. L’épargne s’intègre parfaitement dans la teinte de l’image.

L'image texturée, les bâtiments ont été épargnés

(Survolez l'image avec la souris pour comparer les deux textures dans leur version finale)

V. Conclusions

Pour conclure, on notera que ces traitements sont entièrement non destructifs, tant pour la photo que pour les calques de textures. Cet aspect non destructif est très important quand il est question de retouche photographique. Dans les logiciels de dématriçage, on y est habitué c’est même une fonctionnalité sine qua none. Dans des logiciels comme GIMP, en revanche, c’est loin d’être évident.

En enregistrant le fichier au format xcf, le format natif de GIMP, il sera alors très facile de changer de texture, de modifier la teinte de remplissage ou encore de modifier l’épargne.

Bonnes textures !


Articles similaires :

Déménagement - Perturbations sur le site ❯❯
❮❮ [ ASP ] Simuler les filtres colorés

Lister les articles par rubrique